18 août 2012

Chantons

Je trépigne, je tourne en rond. 

J'ai pas mal de choses à faire, il faut que je rende tout à l'heure l'appartement que j'occupe actuellement et la moindre des choses serait que je fasse un brin de ménage histoire de le refiler tout propre. J'ai même commencé mais à chaque fois mes pensées s'arrêtent et je repense à vous. 
Je trépigne d'impatience d'apprendre que votre appareil s'est posé, que vous êtes enfin chez vous et que vous êtes libre de vos mouvements pour venir à ma rencontre; pas libre à 700 kilomètres dans une pampa défraîchie où les vieux gens parlent une langue simili française avec un accent à couper au couteau et des airs de consanguinité évidente. Pas un endroit où les habitants se contente de morceaux de pâtes écrasés noyés de confiture pour se nourrir. (Attention, ces deux dernières phrases tombent sous le coup de la loi sur le racisme primaire. Mais c'est de l'humour nul votre honneur, j'ai toujours envie de retourner en Bretagne et je n'ai pas envie que ces habitants ne me châtrent par vengeance une fois que j'y serai. Nan, j'suis sûr qu'ils sont bourrés d'humour ces gens là.) 

Bon.
Je retourne à mon ménage et à mes valises. 

Mais il y a du guilleret dans l'air ce matin, de quoi ravir les gens qui écouteront la voix qui sort par les fenêtres. 
Je suis content. 

Posté par Pr Nofrulking à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Chantons

Poster un commentaire